Clinique Aufrery

Clinique psychiatrique de 152 lits + accueil de jour

clinique Aufrery
 
 

La nouvelle clinique d’Aufrery implantée sur un terrain boisé, en belvédère sur la vallée de l’Hers, dans un paysage agricole remarquable, jouit d’une situation dont elle doit tirer parti pour que cet environnement exceptionnel participe à la qualité des soins.

L’ambition que se donne l’équipe de maîtrise d’oeuvre, c’est celle de répondre simultanément à l’enjeu fonctionnelle, technique et économique de ce projet architectural à travers la conception d’un lieu qui offre aux personnes en souffrance psychique, volontaire aux soins et en milieu ouvert, la qualité de vie et d’accueil nécessaire l’humanisation de l’action de soins. La collaboration entre équipes médicales, direction et architecte doit donner naissance à l’idée d’un “hôtel de santé” avec une haute qualité d’hébergement favorable à la relation thérapeutique.

« L’évaluation de la qualité des soins réserve une place prépondérante à l’environnement matériel auquel participe l’architecture des lieux » (Donald Donabian, spécialiste de l’évaluation des soins. Ref documentaire : Architecture et psychiatrie Edition Le moniteur, Vivianne Kovess-Masféty, Psychiatre Paris « Architecture et qualité des soins en Psychiatrie)

Information Complémentaire

Ville

Pin-balma

Maitre d'ouvrage

Privé

Maitrise d'oeuvre

Atemps architecture et Munvez-morel

SP

6000m²

Montant travaux HT

11M€

Livraison

Concours

Description du Produit

Le projet architectural de la nouvelle Clinique Aufrery doit être le résultat d’une synthèse de l’ensemble des problématiques techniques, fonctionnelles, et environnementales autour d’une « idée forte » à partir de laquelle l’ensemble des acteurs du projet développera des réponses spécifiques en cohérence avec ce « parti pris architectural » proposé : Ainsi, c’est la recherche d’une solution globale, émergeant peu à peu, tout au long des études du projet, au cours d’aller-retour avec les médecins, les équipes soignantes et le personnel d’encadrement, qui permettra de répondre tant à la multiplicité des enjeux techniques, fonctionnelles, règlementaire et environnementaux qu’à celle de l’identité d’un lieu de soins spécifique et performant .

 

Loin de la mise en œuvre de solutions toutes faîtes, la proposition des architectes et des ingénieurs Toulousains pour le projet de la nouvelle clinique d’ Aufrery s’appuiera à la fois sur un contexte médical et humain riche d’une histoire de 75 ans et sur un cadre paysager existant remarquable. La superposition brutale d’un aménagement des locaux suivant un plan stéréotypé de type hospitalier sur ce site serait une erreur. L’histoire a montré les limites du recours à des modèles architecturaux, en psychiatrie comme dans d’autres domaines. L’architecture de la nouvelle clinique d’Aufrery, loin de l’image de l’hôpital, toujours traumatisante pour le patient et les accompagnants, doit témoigner de la qualité de l’espace entre le soin et le patient que le paysage environnant existant de qualité doit permettre.

 

Le projet d’architecture proposée, par sa forme et son implantation dans le site offre un contact direct avec le paysage. La forme en S du bâtiment permet de déployer de larges façades tournées vers le paysage de la vallée de l’Hers ou vers le paysage végétal du parc bi-centenaire du château d’ Aufrery. Les chambres bénéficient toutes d’une vue remarquable, plaçant le patient est à la fois dans un rapport exclusif avec la nature qui l’environne et à la fois dans un rapport aux autres autour des espaces communs intérieurs (Salon, Terrasse, Restaurant, Ateliers) et extérieurs (parc, jardin, Agora) aménagés à cet effet.

 

L’architecture du bâtiment, en courbe, tourné explicitement vers l’extérieur, assure le confort du patient (Chambres avec vues), et garanti son intimité (Absence de vis-à-vis avec d’autres chambres). Ménageant des espaces plus intimes dans le creux des courbes (Salon, Terrasse fermée), cette architecture organise la rencontre et les échanges entres patients et avec les équipes soignantes pour garantir à la réussite de la thérapie. L’architecture de la nouvelle clinique d’ Aufrery est sensuelle. L’image d’un établissement humanisé et apaisé est en jeu.

D’une façon générale, la prise en compte d’un contexte médical élargi à l’’environnement, comme il l’est pour la prise en charge de chaque patient, est un élément fondamental de l’élaboration d’une réponse architecturale pertinente et adaptée.

 

Organisation fonctionnelle :

L’organisation fonctionnelle proposée vise à:

  • L’autonomie des différentes prises en charge thérapeutique de l’établissement.
  • La mutualisation des équipements techniques et des services communs.
  • La flexibilité dans l’aménagement des différents services.

Le projet architectural prévoit la construction d’un bâtiment sur trois niveaux : Un niveau RDC qui accueille les activités de jour et deux niveaux courants réservés à l’hospitalisation. L’organisation identique des chambres, d’un niveau à l’autre, contribue à rationaliser les coûts de construction et d’exploitation : L’implantation des chambres de part et d’autre d’une circulation centrale bien dimensionnée assure la distribution des fluides de façon rationnelle et économiques.

 

Le Niveau Rez De Chaussée accueille l’ensemble des locaux professionnels et de services de l’établissement (Accueil, Hôpital de jour, Consultations, Espaces personnels, Ateliers/ Restauration partagés, Administrations, Logistique). Les niveaux supérieurs (R+1 et R+2) accueillent l’hospitalisation (152 Chambres et locaux associés). Ainsi les activités de jour de prise en charge et les fonctions support sont toutes réalisées au niveau RDC séparer physiquement du fonctionnement de l’hospitalisation aux étages.

L’accueil général est implanté au centre de l’établissement, il bénéficie d’une vue directe et d’un contrôle sur « l’activité de jour » (Accueil Consultations/ Accueil Hôpital de jour/ / Espace Café Lecture/ Salon Hospitalier/….) Il contrôle l’entrée générale, le parking extérieur et les accès aux étages (Hospitalisation).

L’organisation du niveau RDC selon une figure représentant un « 8 » en plan permet le regroupement des locaux suivant une logique de services (Ateliers/ HDJ/ Consultations/ Administration/ Restauration/….) tout en maintenant la communication directe entre services autour d’un pôle d’accueil central. Ainsi, l’ensemble du flux public est contrôlé. Il n’interfère pas avec le flux personnel. Le tracé des circulations suivant le plan en « 8 » suppriment les cul de sac et rend également aisé la modification de l’implantation des locaux le long de cette « colonne vertébral » continue. Ce parti pris d’aménagement des locaux garantit, dans le temps, la flexibilité des aménagements au plus près des enjeux fonctionnels de l’établissement de soins.

Par ailleurs, l’aménagement de deux patio au cœur du service « hôpital de jour/ Restauration» et « consultation/ Administration » permet d’éclairer les circulations et de prolonger, le cas échéant, l’activité dans un endroit sécurisé, à l’air libre, à l’abri du vent.

L’implantation des locaux répond à une logique d’optimisation fonctionnelle et financière (Réalisation/ Exploitation). Pour exemple, la proximité de l’atelier cuisine avec la cuisine de la zone restauration, la proximité de la sismographie avec l’administration médicale, ou encore la mitoyenneté de la cafeteria et le restaurant, le regroupement de la zone technique en vide sanitaire, la position judicieuse des accueils et des accès

 

Les Niveaux R+1 et R+2 sont occupés par les services d’hospitalisation (152 chambres) et les locaux nécessaires aux soins. Les chambres bénéficient toutes d’une vue directe, sans vis-à-vis, sur le panorama extérieur. Orientées favorablement et majoritairement au Sud, Est et Ouest. Elles sont distribuées par une circulation ponctuellement éclairer naturellement. La forme du plan courant en « S » offre l’avantage de créer une sur-largeur aux angles permettant ainsi au bureau/ Infirmerie d’empiéter sur les circulations qu’il contrôle afin d’assurer une vision directe des zones à surveiller depuis le poste de travail assis de l’infirmier. Cette implantation, à la croisée des circulations, face à la salle de réunions/ Activités et de la terrasse, proche des ascenseurs doit garantir l’efficacité de la surveillance des patients.

 

 

Matériau : Formes arrondies (douces) Matériaux (bois : Aspect domestique/ Chaleureux/ peu d’inertie thermique/ Large ouverture sur l’extérieur/ Plancher béton (maximiser les portées de planchers pour minimiser la quantité de poteaux (Fondations spéciales réduites)/


Warning: call_user_func() expects parameter 1 to be a valid callback, no array or string given in /home/atemps/www/wp-content/themes/mrtailor/woocommerce/single-product/tabs/tabs.php on line 37
Category: / Tags: , .